Prise en charge d’un patient douloureux

Prise en charge d’un patient douloureux

 

La réponse de la sophrologie

 

« La douleur est difficile à définir car elle est personnelle et subjective : tout le monde possède les mêmes mécanismes de déclenchement de la douleur, et cependant, chacun la ressent différemment ».

La sophrologie complémentaire au suivi médical indispensable, répond à une approche globale de la personne souffrante.

 

Elle prend en compte, à la fois l’appréhension de vivre dans un corps douloureux avant une intervention chirurgicale afin de mieux s’y préparer et gérer la douleur de l’après opération.

Elle permet aux personnes souffrant de douleur chronique ( comme les fibromyalgies, les lombalgies, les maladies liées au cancer ) d’apprendre à passer d’un corps douloureux à un corps «  ressources » selon les possibilités de chacun.

Enfin c’est une aide également précieuse pour les personnes souffrant de douleur aiguës à la fois avant la crise pour prendre soin de soi et mettre à profit des temps de récupération et pendant la crise à travers des pratiques basées sur la respiration pour apprendre à gérer la douleur.

Dans ce type d’accompagnement le sophrologue en plus de prendre en compte l’histoire de la personne, s’appuie sur les ressources, les capacités ( dénommé le positif ) du patient, ce sur quoi il peut s’appuyer.

Loin de plaquer un modèle d’exercice, il privilégie l’apprentissage, dans l’instant présent (sur les possibilités du moment ) afin d’améliorer l adaptation à ce qui est ou ce qui sera en favorisant l’autonomie.

Chère à tous les sophrologues cet autonomie, participe à la bonne adaptation, car elle positionne le patient comme acteur de son « mieux » être, elle permet de le rassurer .

Dans cette si belle relation humaine, l’objectif est de ramener la personne accompagnée au centre de sa vie, vie dont il peut dans la mesure des possibilités, redevenir l’acteur, et ce, malgré ces douleurs.

En plus de se demander pourquoi le patient a mal, on se demande ici,  comment il souffre. Rappelons encore une fois que nous ne prenons pas en charge la douleur mais un patient douloureux qui a une histoire, une histoire avec sa douleur, des représentations, des angoisses et des expériences douloureuses antérieures.

Peut-on dire de quelqu’un qu’il aurait mal pour la première fois ???

www.sophrologue-dunkerque.com