Quand l’émotion prend trop de place

tension détente

Quand l’émotion prend trop de place

 

 

 Quand l’émotion prend trop de place tension détente

Nos émotions se traduisent au niveau du corps….

Souvent associé à la peur, Le cou, le dos, les mâchoires se crispent …

Souvent associé à la colère, le front et les poings se tendent ou encore associé à la joie, le cœur, ou le ventre se manifeste.

 

Très longtemps dans notre monde occidental, l’éducation, parfois notre culture à nié le corps privilégiant la pensée, (même si évidemment la pensée à son intérêt)

Or la pensée ne maîtrise pas l’émotion qui est une pulsion profonde et puissante qu’aucun raisonnement ne peut endiguer. Difficile de raisonner un amoureux ou une personne qui vient de perdre un être cher ; difficile de raisonner une personne qui fait une crise d’angoisse….

Par contre ces manifestions corporelles peuvent facilement être appréhendées par l’intermédiaire de la détente des muscles superficiels et profonds, jouer sur l’activation du système nerveux et agir sur la pulsion émotionnelle.

Si la colère par exemple fait monter en tension, l’inverse et vrai aussi, la détente musculaire permet la détente du mental. Nous pouvons agir sur ce mécanisme comme un thermostat.

Prenons l’image d’un petit vase que l’on remplit symboliquement de négatif, le vider est préconisé pour éviter qu’il déborde…C’est la 1ère solution.

La solution complémentaire qu’apporte la sophrologie est d’augmenter la capacité du vase en le rendant plus grand, en le connaissant mieux.

Le vase est à l’image de notre corps qui reçoit, les informations, parfois trop d’informations ou anxiogènes et c’est lui qui trinque.

1/ Nous le connaissons mal

2/On a  appris à travers notre éducation à ne pas l’écouter correctement, le considérer, et souvent quand on l’entend, c’est quand il se plaint. ( mal à la tête, mal au dos, mal plexus ou encore aux épaules ….)

Je vous propose de mieux le connaître en allant chercher le « bon à la tête », « le bon au ventre » etc… et d’installer le positif.

Nous avons besoin dans cette époque de changements rapides et constants de toutes nos forces et capacités si nous voulons évoluer vers le positif et non le négatif.

Pour écouter notre corps et prendre plus facilement conscience du malaise quand il s’installe, nous allons provoquer des petites contactions détentes. La contraction a pour effet d’éliminer les parasites extérieurs et de fermer pour l’exercice la porte aux récepteurs, comme la vue, l’ouï, ….pour un instant se préserver, se recentrer. La contraction nécessite un effort de volonté, c’est un excellent moyen de la développer.

( vous pouvez si vous le souhaitez retenir votre respiration pendant la contraction)

Cette concentration favorise le libre choix de porter son attention sur ce qui nous fait du bien, en mettant de côté les pensées négatives, les bruits dérangeants, il vous suffit pour cela de revenir aux sensations.                                                                                                                                                                              inspiré d’Yves Davrou